Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 12:58
Domaine de Bré dans la Forêt de BoudréDomaine de Bré dans la Forêt de Boudré

Domaine de Bré dans la Forêt de Boudré

 

C'était la fin de l'été, le temps était encore très beau.

Nous nous étions réunis, 8 personnes pour écrire nos paysages.

 

Retour en images et en textes offerts sur un week-end de création, de contemplation, de partage.

 

Retrouver l'immersion, le temps étiré devant nous.

Bagages, nourriture en tous genres, des plats des livres.

 

DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)
DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)
DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)

Laisser se révéler son paysage intérieur en choisissant sur place, 

" son lieu ", celui qui en évoque d'autres, celui qui nous relie et

comble nos besoins d'espace de tranquillité, de bouillonnement, selon.

Ce ne fut pas facile de le trouver ce lieu où s’arrêter, ce paysage auquel aller, auquel croire, auquel revenir. Il ne s’est pas si aisément donné à moi. Je le voulais onirique, mais tous ces arbustes dont j’ignore les noms me sont trop familiers. Je le voulais magique mais je n’avais aucune envie de chercher les lutins et les fées. Ni parmi les mûriers touffus, ni derrière le taxi pour « Bré », ni dans les recoins des tables abandonnées et des chaises rouillées. Je le voulais sauvage aussi, et assurément, dans les ronces éraflant mes mollets arrondis, j’aurais sans peine réussi à oublier que je n’étais qu’à quelques lieues de la ville. J’aurais même voulu qu’il soit (mais l’aurait-il pu ?), juste un peu, cette île au nom magnifique, île de Ceylan…. Enfin, laissant mes pas finir de parcourir le contour autorisé, je me suis assise face à un large sentier qui, quelques mètres plus loin, dessine un lacet. Au-delà de ce léger virage qui cache à la vue la suite du tracé, on aperçoit, au-dessus de tout, des cimes aux branches multiples et fournies, aux verts soutenus. Un bois, un bout de forêt. Et assise là, je pouvais être l’aventurière n’ayant encore jamais posé ses pas sur ce chemin mystérieux. Je pouvais être celle qui s’y lance, supposant qu’il allait la mener au cœur de la forêt étrange. Je pouvais être celle qui, une fois franchi le virage en lacet, disparaissait à la vue de tous et s’élançait vers des mondes inconnus.

Kathy G

Choix d'un paysage, diaporama des hésitations ...
Choix d'un paysage, diaporama des hésitations ...
Choix d'un paysage, diaporama des hésitations ...
Choix d'un paysage, diaporama des hésitations ...

Choix d'un paysage, diaporama des hésitations ...

Où me poser ?

 

                La rue pourrait m'inspirer ?

              Ici ? en pleine nature, un peu loin de tout et de tous, ce me semble une idée quelque peu... saugrenue !

                Mais non !

 

                La nature en général, une ode ? Ça, ce serait dans le contexte. Des mots flamboyants, chatoyants pour célébrer le calme, le foisonnement, la végétation assoiffée d'une fin d'été, le pépiement des oiseaux qui me parvient malgré le bourdonnement d'un avion qui passe...

                Mais non !

 

                Me laisser attirer par ce sentier à peine tracé au milieu des ronces et des broussailles qui me mènerait au bord de l'étang paisible ?

                Mais non !

 

                M'asseoir devant cette trouée dans la haie laissant apercevoir un paysage de marine, si loin de la mer ? Marée basse, sables et vases plus ou moins asséchés, échassiers cherchant pitance, couleurs en demi-teintes...

                Mais non !

 

                Où alors ?

 

                Mes pas me conduisent plus loin encore... juste au détour du chemin. Le regard attiré, happé par cette image de conte.

                Je suis dans « La Belle au Bois Dormant ». Avant l'arrivée du Prince. Ce n'est pas un château mais un logis plus discret. Pourtant, le temps s'y est arrêté.

                La glycine a envahi le pignon. L'escalier est recouvert de feuilles mortes que nul, sinon le vent, n'a dérangées depuis longtemps. Le rideau, à la fenêtre est resté relevé par une main curieuse.

Les ronces et les herbes folles ont colonisé la terrasse, entourant de leurs vrilles sauvages tables et chaises, prêtes jadis pour un dîner d'été et désormais, abandonnées à la pluie, aux bourrasques et à la rouille.

                Et comble de bonheur, la vieille baignoire, laissée là, s'est emplie de fleurs sauvages.

 

                Et, la petite fille que je suis toujours, malgré les années passées, retourne à son livre de contes lus et relus.

                Elle se prend à rêver de la jeune et jolie Princesse, nue dans son bain, fredonnant, chantant même, jouant paresseusement avec des bulles de savon. Près d'elle, ses servantes sont prêtes à l'envelopper de lin blanc au sortir de son bain parfumé. Insouciance...

 

                Mais, là, maintenant, la Princesse dort encore, quelque part derrière la porte close, attendant la fin du sortilège.

 

                Magie de l'enfance, des légendes anciennes... là, où je reviens au détour d'un paysage, d'une sensation.

 

R M

DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)
DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)

Des auteurs sur notre chemin, lectures de ceux rencontrés découverts lors de mon itinérance et d'autres...

Balade autour des étangs où j'égrainais quelques univers sonores de la Fulghimiracolette d'Olivier Mellano sur fond sonore d'oiseaux d'eau.

Écriture à la table avec Marie- France Brune et son hypersensibilité au messages du vent, de l'orage...

DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)

Annick a bien voulu partager son texte, collecte musicale, ici

 

Le bâton du marcheur
Deux temps.
Le poids des pas
Couinements
Trilles
sur accord de branches.
La source coule
Basse continue.
Frémissement des feuilles
Accord mineur.
Lac
Onde
"Good vibrations".
La Reine de la nuit
Vocalises avortées.
Graminées
Cordes pincées.
Frondaison des arbres
que l'ouïe seule conduit.
L'aigrette
Egraine la gamme.
Le cygne
va glissando.
Les canards
prestissimo.
Pas de dissonance
Le brochet gobe le "La".
Chants liquides.
Un petit nuage attend
Larguer quelques gouttes
Libérer
Sa tension.
Blocs de pierre
Ponctuation.
Pause
Auditrices en coulisse
Les feuilles mortes
Chuintent.
Un enfant
cueille une herbe
Son strident
Note finale.
Le tonnerre applaudit.

DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)

Et  cet autre texte de R M

 

Recette pour une mélodie de matin d'été, au bord de l'étang.

 

Vous prenez d'abord un beau ciel bleu qu'ombre à peine quelques nuages blancs.

Et puis, vous ouvrez yeux, narines et oreilles.

Vous pêchez un peu de bruissement/craquements, pschch, pschchch... d'herbes sèches sous vos semelles.

Et remplissez d' un zeste d'odeur de feuilles et brindilles, chauffées au soleil.

               

À cette  base, ajoutez l'ample respiration du peuplier, suivie de près de celle du frêne puis des saules quand le vent vient jouer dans leurs branches.

               

Agitez soigneusement et pimentez

d'une once de pipiou-pipiou, clair et aigu, de l'oiseau inconnu qui passe,

de quelques grammes de pfuit-pfuit-pfuit de celui qui se moque du résultat,

d'une pincée de crâ-crâ-crâââââ de corbeau, par exemple,

et d'un peu du pituit-pituit de pic-vert, pas trop, parce qu'on dit qu'il demande la pluie.

 

Ornementez de coin-coins rageurs,

sans oublier le coucouroucrou de la tourterelle de Turquie, pour une touche d'exotisme,

et ponctuez du gros plouf du grognon qu'on dérange et préfère se jeter à l'eau.

 

Pour une ritournelle plus enlevée,

pointillez avec le sautillement d'une rainette,

et allégez avec le vol impalpable et fantasque du papillon ocellé.

 

N'oubliez pas le ronronnement assourdi de l'oiseau d'acier là-haut, tout là-haut...

un gazouillis non identifié,

une imperceptible pincée de roseaux frissonnants,

quelques clapotis encore...

 

Pour terminer, si vous avez le temps,

la mélodie n'en sera que plus alerte,

vous signerez des grands V de trois cygnes blancs venant faire des ronds dans l'eau en déjeunant.

 

Agitez, modulez, brassez... en vous dorant au soleil

et dégustez, savourez, délectez- vous,

de cette symphonie pastorale.

Nous n'étions qu'au tout début de notre immersion

Je vous raconte la suite bientôt

la balade et l'écriture en duo

l'hébergement au gîte, l'accueil de Lise - Brigitte - Eric,

le repas au domaine

la ligne tracée, dessin suspendu

nos successeurs au gîte

et la poule suiveuse curieuse fidèle auditrice...

DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)
DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)DOMAINE de BRÉ - RETOUR sur le STAGE PAYSAGE INTÉRIEUR - PAYSAGE EXTÉRIEUR .  (1)

Si je prends le temps ici de vous raconter Bré, c'est que l'histoire entre

Porte-Plume et le domaine continue.

Bré au cœur de la forêt de Boudré, et toujours ce lieu menacé d'être

privatisé. 

 

D'autres ateliers à venir dans l'année, en demi-journée, dans le cadre

des événements pour  la Connaissance et la protection de la

biodiversité des espaces naturels sensibles.

 

A propos d'arbres, sur le dernier article de ce blog, je proposai aussi

un stage, en Novembre,  dans la Nièvre, dans les Nids perchés, mais

cela ne s'avère plus possible. En tout cas, pour le moment. 

 

Que cela ne vous empêche pas de vous rendre sur le site pour

découvrir ce lieu atypique et intégré à la nature, comme je les aime.

C'est ici aux Galants, à Saint Vérain dans la Nièvre.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

Rechercher